Cogito

Il faut faire gaffe aux textes de philosophie : ça se veut sans idée préconçue, mais il y en a quand-même dedans. Dans son Cogito, Descartes, pour trouver la vérité, a rejeté comme faux tout ce qu’il savait, en ne considérant comme vrai que les choses dont il était absolument certain, vérifiées par lui-même. Considérons sa célèbre déduction « je pense, donc je suis ». J’observe une entité qui pense. Quand il y a un observé, il y a un observateur. Qui c’est, qui pense en moi ? J’observe l’entité qui pense. Mais c’est l’entité qui observe, qui est. Celle (l’observée) qui pense n’existe pas. L’entité qui est s’identifie illusoirement à celle qui pense. Dans « je pense donc je suis », les deux « je » ne sont pas la même entité. Si Descartes avait vraiment été cartésien (dit comme ça, je sais, c’est tordu), c’est ça qu’il aurait conclu. Ah… « je pense donc je suis », en voilà une belle, d’idée préconçue !

0 commentaire à “Cogito”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



blogdavid |
L'harmonie des sphères |
blog info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Blog de Yann
| Château d' Orient
| Tokio Hotel et Thalia